LES MÉDIATIONS ARTISTIQUES

La Compagnie propose des médiations autour de diverses approches artistiques et pédagogiques:

 

Que ce soit en milieu scolaire, fragilisé, éloigné, spécialisé, urbain, rural, la Compagnie tend à ce que la pratique du conte, de l'oralité dans un sens large , soit accessible à tous et à toutes.

A travers une pédagogie basée sur le principe de la bienveillance et de la transmission, nous nous concentrons sur la pluridisciplinarité des arts.

Ceci permet de proposer différentes approches et outils artistiques facilitant l'acquisition d'une pratique créative et de l'apprentissage d'un art qui a toujours pris son envol dans la sphère populaire.

  

 

Nicolas Andrieux souhaite transmettre une réflexion poétique et le gout du songe.

A coté du Conte, Nicolas Andrieux s est formé auprès du  Théâtre du Mouvement fondé par Yves Marc et Claire Heggen,  à une pratique dansée auprès de la chorégraphe Hélène Marionneau, initié à la danse sensitive par Virginie Rossigneux,  à la Pantomime auprès du Formateur/artiste international Jorg Brennecke (Berlin) et de son élève Lucie Derdour, tout cela afin d’enrichir sa pratique professionnelle.

 De plus, sensible à l’idée que l’art est un outil « thérapeutique » , Nicolas Andrieux a été reçu en formation d’Art Thérapie 2020 au sein de l’INECAT et ce à travers plusieurs disciplines, la voix parlée/chantée, le théâtre, la peinture et la danse-thérapaie, lui permettant d’affiner son approche professionnelle de médiation artistique.  Il effectue également de Octobre à Novembre 2019 une formation à l Art thérapie par l angle de la photographie, des arts plastiques , de la danse-thérapie auprès de l’antenne Régionale de l INECAT à Chambéry.

 

 

 

Conduite de médiations artistiques

 

« Accompagnement de l’Etre par les médiums du Mot Parlé (et écrit) et du Mouvement »

Projet mené et conçu pour un artiste accompagnant uniquement 

 

Disciplines concernées :

- L’oralité par le slam, le kasala / L’écriture par les Mots

- Le Mouvement

 

FIL ROUGE/THEME DU PROJET :

Les Eléments (feu/eau/vent/terre) à travers les Arts et la mobilité de L’Etre

 

1/Esquisse de projet :

L’être humain est un être animé par le mouvement, celui du corps , celui de l esprit et ce tout au long de sa vie, il est un être «en permanente mobilité » . Par ce constat, je souhaiterais travailler  à partir de la notion de la double « identité » de l’Etre : celle de la Parole, langage de l’esprit et celle du Mouvement, langage du corps.

En effet,  pour moi, cette identité est double :

-D’un côté, la parole qui ne cesse de se construire, de se déconstruire tout au long de la vie de l’individu. Cette parole, ces mots, qui habillent et habitent notre esprit, notre être, de la naissance à la mort. Ces mots, qui nous permettent de se re- connaitre parmi le groupe, à travers soi.

Là aussi, la parole possède différents chemins et différents sources. Il y a la parole, que j appellerais « quotidienne », celle qui nous accompagne dans notre volet « social ». Celui de la socialisation, même celle de la  sollicitation.

Cet angle peut être tellement commun qu’on peut très vite n’y plus faire attention. Les mots sortent par habitude, par praticité. Mais pourtant, ils traduisent parfaitement notre état émotionnel. Selon notre humeur, notre fatigue, ils peuvent nous trahir, nous pouvons les subir. Ils parlent, ils résonnent d’une facilité déconcertante.

A coté de cela, il y a la parole initiatique, « spirituelle », celle du Conte. Cette parole est plus sage, plus réfléchit, elle est une graine transmise que l’on souhaite transmettre, que l’on souhaite faire reconnaitre. Le conte comme dit, Henri Gougaud, est « un être vivant » à qui, on doit laisser le temps de grandir, de s’intégrer, de s’épanouir.

L’art de l’oralité par le conte est magique car il crée des moments qu’on ne peut saisir dans notre langage commun. Il est notre meilleur allié, notre être aimé, notre ancêtre, notre protecteur. Il est le langage qui émeut, qui crée le débat, qui philosophe, celui qui transforme l’obscurité en lumière. Celui à qui on ne peut mentir. Le conte habille l’âme du conteur ou de la conteuse.

- ensuite, il y a le Mouvement, langage du corps vit, qui meurt parfois. Notre corps est presque un être à part entière. Il n est ni esprit, ni réflexion. Lui, il agit et réagit. Quand notre esprit tente de canaliser nos émotions, nos sentiments, lui, leur donne mouvement, leur donne sens. Comme le langage « verbal », le corps évolue tout au long de la vie de l’Etre. En rien, un corps est figé. Il évolue, parfois régresse, on le trouve, on le retrouve, on apprend à le sentir, à le ressentir. Le plus difficile, est apprendre à l’écouter et à le laisser « corporellement » parlé, se mouvoir.

Je fais partis de ceux et celles qui affirment que tout corps à tout moment peut re-prendre vie et s’affirmer. Certes, l’esprit peut le bloquer. Mais quand l’esprit est stimulé, quand on arrive à lier ces deux entités, admettre le lâcher prise dans la douceur, il peut se passer des choses merveilleuses.

Quelle beauté de laisser un corps parler. Et qu’en est il on la parole contée, les mots parlés viennent à sa rencontre ! C est une danse, danse ta parole !

Ce constat du corps qui peut se réveiller à tout instant et à nouveau s’émouvoir, je le tire d’une expérience professionnelle qui m a profondément marquée. Celle qui m a permis d exercer la profession d’aide kiné, d accompagnant à la marche auprès de personnes en fin de vie.

Ne venant pas du milieu médical mais plutôt social, étant éducateur de formation, quand j ai commencé à travailler au sein de cet hôpital, j ai instinctivement pris partis de l angle verbal, émotionnel, humain, comme moteur à l’axe d’accompagnant à la marche. Ce que j ai vu ? Que la parole bienveillante, placée dans un échange pleinement humain a pu permettre de nombreuses fois que le corps, lui-même, pourtant parfois dans des situations figées liées à différentes pathologies, s est remis en marche et à tout de nouveau vibrer et fait vibrer l’être qui l habitait.

 

Espace nécessaire 

Pour ce qui est de l’espace de travail, j ai besoin d un espace dans lequel, les participant-e-s puissent se mettre en mouvement en corps et en écriture. Un espace dans lequel , ils puissent faire un travail au sol, se déplacer, dans lequel ils puissent s’exprimer par la voix parlée, contée, slamée, chanter  et mettre le corps en mouvement dans l’intimité et le confort.

Un espace lumineux et un minimum chauffé.

 

2/Le fil de conduite des médiations (entre transmission, partage, écoute)

 Les médiations s’articulent autour des médiums principaux de l’oralité et du Mouvement  via notamment la pratique du slam et du kasala .  Car lier  le corps à la parole est essentiel dans l’accompagnement  de l’être. Ces outils s’animeront ensemble, nous passeront de l’un à l’autre d’une manière douce et bienveillante afin que chaque participant-e  puisse s’éveiller et se révéler  à l’intérieur de chaque outil. Cette approche pluri-disciplinaire est un résultat de l ensemble de mes années de pratique en médiation artistique ainsi que de ma pratique de travailleur social et elle peut s’approcher naturellement d’une pratique de l’art thérapie.

FIL ROUGE/THEME DU PROJET : Les Eléments (feu/eau/vent/terre)

Il s’agit, via l’écriture de slam et de kasala qui seront mis en mouvement ,de faire vivre en chacun-e comment ces éléments nous traversent,  comment nous les ressentons, comme nous les exprimons, comment les fait-on parler. Que symbolisent-ils en nous ?

 

1ère Approche de médiation : L’écriture de slam et de kasala (et la mise en voix)

Question : la parole n’est elle pas inhérente au processus de construction de l’individu ?

Je me base sur trois « règles »

- La première est la transmission : transmettre, faire partager une parole poétique, celle du conte

Se construire à travers la parole sage du conte. Se laisser envahir par le conte pour apprendre à se trouver, à ressentir son moi intérieur. J’utiliserai le conte comme un outil d’accompagnement à l’imagination, à l’émotion qu il suscite.

- la deuxième est l’écoute: écouter, recevoir la parole, une histoire, une émotion.

- la troisième est l’accompagnement à  l’expression : elle peut être parlée, slamée, chantée, écrite. L’important est que le « Mot » sorte. Qu’il s’inscrive chez la personne, qu’elle le ressente.

Nous passerons du conte au slam pour chacun-e s’approprie son médium idéal. A travers le thème des Eléments, nous ferons naitre une poésie du « soi ». Une poésie qui tantôt prendra la légèreté du vent, la colère du feu ou la fluidité de l’eau.

Par des jeux appropriés, nous créerons des outils facilitant l’expression orale et écrite.

EX DE CONTENU :

Petits jeux d’écritures collectifs/individuels d’apprentissage du slam à base de mots proposés, inventés par les participants et le slameur.

- jeux de « plateau » permettant de libérer la parole

- création d’une source de mots

- écriture individuelle/collective à partir du thème

 

Le KASALA :
Le kasàlà propose de recourir à une parole libre, une parole poétique, métaphorique, symbolique, polyrythmique, humoristique et théâtrale, pour se nommer soi-même ou encore nommer l’autre avec des noms de force, des noms­‐devises, des noms-programmes qui appellent la personne à l’existence, l’invitent à devenir encore plus vivante, dans une vie encore plus féconde. En cela, il est art de la célébration : il célèbre la vie à travers la personne. Le kasàlà ne consiste pas seulement à définir, caractériser et singulariser. Il est aussi action transformatrice, qui a comme effet de propulser la personne au-delà d’elle-même. Cette pratique poétique est invitation permanente au « plus-être ». En ce sens, les vers et les devises du kasàlà s’apparentent au mantra et à la prière. L’art atteint son but lorsqu’il dit la vie avec justesse, vérité et émotion. Il devient ainsi expérience esthétique et permet une transformation de l’être humain.

 

2e approche de médiation : Le Mouvement

Question : la construction/déconstruction du corps n’est elle pas inhérente au processus de construction de l’individu

Comment l’Etre vie à travers le handicap, est -ce  un équilibre à trouver entre se construire et se déconstruire pour trouver sa place ?

Mettre en place une approche sensorielle du mouvement auprès de la personne.  Il s’agit là de faire naitre une émotion, un souvenir corporel chez une personne, qu’elle soit mobile ou non.

La parole, l’écrit, ces éléments « posés » sur le papier, viendront prendre forme et corps avec le mouvement. Il s agira d un mouvement, lent, rapide, nuancé. Il se fera accompagné de musique, guidant le corps, nourrissant l’esprit ou même par le silence, qui amène une autre construction corporelle.

J’assisterai et guiderai d’une manière bienveillante les participant-e afin de créer un espace dans lequel ils puissent se mouvoir dans la plus grande confiance.  .

Par cet angle la pratique que je présente prend en compte la conscience du « soi ». Par la mise en mouvement de son écriture, de sa mise en voix, prendre conscience de ce qu’il y a au fond de nous.  Ressentir l’émotion d’une parole mis en mouvement.

Le mouvement du corps s’appuiera sur  le langage verbal de l’être, naitra par le corps la vie d’un élément qui prendra  forme et résonnera grâce à la pratique de l’écriture, de la peinture.

Je me base pour ce médium, sur la pratique d’un mouvement sensitif. Qui représente le mouvement sans technique, juste en écoutant son ressentit, ce qui nous traverse.

 

 

 

 « Comment aborder la médiation sans parler de partage et de transmission ? Notamment quand on aborde cet être vivant, qu’est l’enfant ou l’adulte. Mon souhait ici est de venir de la manière la plus humble, la plus simple, raconter et partager.

Semer une parole, une poésie, une magie oratoire et apprendre à l autre à la recevoir, à la restituer. »

 

4/Les interventions en médiation : présence et tarifs

Les médiations sont réfléchies et sont construites sur des interventions comprises entre 5 et 10 séances voir sur une année complète.

Les médiations se déroulent sur des séances d’1h à 2h maximum. Ce temps comprend l’installation/rangement du matériel mais également des temps de pause/d’écoute, nécessaires pour les participant-e-s.

Le tarif des médiations se base sur un montant de 50 euros l’heure. Ce montant correspond à un tarif professionnel de coutume.

 

5/Différence entre atelier et médiation

La différence n’apparait pas comme ça à la première réflexion. Cependant, ces deux termes sont pourtant éloignés tant sur le contenu que sur la forme.

Le contenu : le contenu d’une médiation est tout d’abord fixé sur un support et un cadre pédagogique et social.

La médiation n’est point une animation.

 Elle est un outil artistique « du mieux être » favorisant l’épanouissement, la création, le dialogue, l’estime de soi.

Chaque médiation est réfléchit tant en rapport au public que sur ce qu’elle peut déclencher, faire naitre chez les participant-e-s.

 

La forme : La forme de  la médiation diffère de celle de l’atelier.

De par son approche pluridisciplinaire et de sa  portée centrée sur les participant-e-s et notamment sur leur création.

La médiation se fait avec et pour les particpant-e-s .

 Elle est mouvante, s’adapte à chacun-e selon  ce qui s’y passe, ce qui s’y crée.

Le point important qui la diffère également de l’atelier, c est que dans la médiation, il n y a pas de recherche de technique, la  recherche de « performance » est totalement rejetée.

 

« Dans le cadre de ces médiations, je souhaite prendre le temps d’écouter, de ressentir  les besoins, les envies afin que l’on puisse construire ensemble. »

 

6/Public concerné

Le public concerné par cette médiation axée sur la liaison de  ces trois médiums.

-voix

-écriture

-Mouvement

Est diverse. Elle s’adresse autant à un public d’enfant, que d’adolescent-e-s, d’adultes.

Qu’il soit en lieu spécialisé, lieu de soins (EPHAD), lieu scolaire ou autre.

 

Ce qui diffère selon le public, par exemple, entre un public spécialisé et classique (scolaire ou personne lambda) c’est le contenu ET la forme. La médiation s’adapte à chaque public et non le contraire.

 

 

 

 

 

AGENDA 

 

 MÉDIATIONS 2020-2021 :

 

- Médiation pluridisciplinaire (SLAM-kasala/Mouvement/Dessin) autour des éléments au sein du SAJ L'Oasis à Clermont-Fd .

 

-Médiation autour de l'oralité et du mouvement au sein du Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile de Cunlhat.

 

 

MÉDIATIONS 2019

 

- A venir en Octobre-Novembre: Médiation "Oralité", slam et conte, au sein de L'Etablissement d'accueil d'urgence géré par le Collectif Pauvreté Précarité de Clermont-fd.

 

-Juillet: Médiation "Ballade Contée" auprès de jeunes accompagnés par l'ASE et l'Association ALIAS. (Puy de Dome)

 

- Mai-Juin: Ateliers autour de l'oralité et du slam avec les scolaires de l'école Diderot à Clermont FD

 

-Mars : ateliers contes à l'école publique d'Arlanc pour les niveaux scolaires allant de la Petite Section aux Cours élémentaires.

 

 

 MÉDIATIONS 2018

 

- Avril-Mai 2018: Ateliers Slam et radiophonique au sein de La Classe relais du Collège de Lempdes. (63)

 

-De Janvier 2018 à Mai 2018: Ateliers conte parents/enfants autour de la question multiculturelle au sein du CENTRE SOCIAL DE PARMELAN. (Annecy/Haute-Savoie)

 

 

MÉDIATIONS 2016-2017

 

-Avril à mai 2017

Ateliers d'écritures au sein de l'espace relais du Collège de Lempdes

Initiation au slam et à l'outil "poétique " autour du thème des Médias et de la consommation.

Création de textes poétiques ET lecture des textes par les jeunes à Radio Campus.

 

 

-Mars 2016: Ateliers au sein de l'espace relais du Collège de Lempdes.

Initiation au slam, animation par les jeunes d'un micro-trottoir, création de textes en vue d'une lecture radiophonique.

---Thème de la Résistance

 

 MÉDIATIONS 2014-2015

 

-Du 3 Novembre à Décembre 2015  

 

 

Ateliers dans le cadre du Festival Migrant'Scène 2015.

A travers la tournée du spectacle " Ceux que la Mer menace ", Nicolas Andrieux interviendra dans plusieurs structures où il animera des ateliers d'écritures et de discussion sur le thème des Réfugié-e-s.

 

 

-De février à Octobre  2015

Interventions socio-éducatives autour du conte à l'ITSRA. Clermont-fd (63)

Cette année 2015, Nicolas Andrieux encadre des élèves éducateurs  de l'Institut du Travail Social de La Région Auvergne (ITSRA) , dans le cadre d'une médiation artistique autour du conte et du théâtre.

Le but de cette médiation est de permettre aux futurs travailleurs sociaux d'acquérir une posture et des techniques afin de pouvoir encadrer des ateliers artistiques et éducatifs avec un public divers.

 

La semaine de la médiation a permis aux élèves éducateurs de s'initier à - l'écriture (conte/slam/poésie) par l'apprentissage de techniques pédagogiques aidant à l’expression

- à l'oralité (conte/slam) par l'apprentissage de techniques scéniques et corporelles

- au théâtre de l'opprimé (théâtre-image et théâtre-forum)

 

Ainsi, suite à cette médiation, un projet de 30h au sein de deux structures spécialisées, sera proposée par les élèves éducateurs et Nicolas Andrieux.

 

 

Extraits du recueil

« Le Rêve de ceux qui marchent dans la poussière »

 

Paroles de SDF

 

                        Ateliers Slam aux Bungalows du 115

 

 

«Une femme qui pleure n'est jamais belle,

même si ses larmes ont les couleurs d'un arc en ciel. »

(Anonyme)

 

« Arc en ciel,

petit nez, couleur soleil.

Bouche pulpeuse, couleur du ciel,

mais attention aux grands yeux verts de la vipère.»

(Anonyme)

 

«C'est pas une journée où on voit le soleil.

On pourrait dire que pour un mois d'avril, on se les pelles.

Rien que de la pluie,

emmerdé, je suis.

Ne m'en veux pas nuage, mais aujourd'hui,

tu n'es pas à la page.

Ici, aujourd'hui,

ne compte que la douce chaleur du soleil.»

(Anonyme)

 

« Avec ces belles lunettes, j'observe les mouettes.

Je les trouve super chouettes.

Volant au dessus de notre tête,

au bord de l'océan.

Avec mes lunettes, j'observe le soleil brulant.

Je trouve ça super chouette,

ça me donne envie de faire la fête.»

(Anonyme)

 

http://collectifpauvreteprecarite.fr/atelier-slam/

 

 

Ateliers 2013-2014:

L'atelier Plume et Parole a déjà été réalisé en 2013-2014 en partenariat avec le CREFAD Auvergne lors d'ateliers adultes et avec la Communauté de Communes de Rochefort-Montagne lors d'ateliers pour les 5-12 ans.

 

 

Lien Page Facebook